Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 juin 2010 2 15 /06 /juin /2010 16:24

suite de l'article précédent


Tout près de Tucson (Arizona) où je vis, se trouve la réserve des Tohono O’odham, peuple indigène qui habite dans la région du désert Sonora. Il est difficile de spécifier leur nombre exact mais on pense qu’ils sont environ 30 000 dans l’Arizona et l’Etat du Sonora contigu au Mexique. La frontière passe à travers leur réserve et parce qu’elle est tout a fait artificielle, le traité de Guadalupe Hidalgo en 1848 a donné le droit aux Tohono O’odham de passer librement entre les deux pays, mais à cause de la lutte actuelle des Etats-Unis contre les migrations illégales, on a fermé la frontière, séparant ainsi les membres de la tribu ; ce qui entraîne de vives protestations.


En général, les Tohono O’odham sont des fermiers et des ranchers. Ils sont très bien adaptés à la vie au désert. Antérieurement, ils cueillaient des fruits et légumes sauvages et ils avaient un système de « deux villages » : un village d’hiver dans la vallée et un village d’été plus haut dans les montagnes, ce qui leur a permis d’élever des bétails.


Depuis une vingtaine d’années, les Tohono O’odham ont le droit, comme toutes les autres tribus amérindiennes, de gérer les casinos. Avec cette manne financière, ils ont pu acheter leur service d’eau, de gaz, de l’électricité et de téléphone. Ils ont construit une faculté et ils donnent des bourses généreuses leurs jeunes.


La langue des Tohono O’odham est assez répandue et elle est presque la même que celle des Tohono Akimel qui habitent plus près de Phoenix, capitale de l’Arizona. De toutes les langues indigènes parlées aux Etats-Unis, l’O’odham est la dixième.

 

sanxavierdelbac.jpgSan Xavier del Bac, mission jésuite espagnole vers 1700 dans la vallée Santa Cruz,

à quelques kilomètres au sud de Tucson


Autrefois on appelait les Tohono O’odham les « Papagos » et les Tohono Akimel ont été les « Pimas ». Au XVIe siècle, les Espagnols ont utilisé l'ethnonyme « les Pimas » pour désigner les premiers Amérindiens de cette région laquelle fut dénommée la
"Pimería alta". Ensuite les Pimas leur ont décrit leurs « cousins » plus au sud en employant le mot « Papahvi-o-otam » pour les désigner et on a simplifié ce mot composé pour donner le nom « Papago ». Or c’était là une mauvaise blague parce que Papahvi-o-otam  veut dire « ceux qui mangent des haricots tepiari », autrement dit, des gens pauvres et incultes. Cette tendance continue même aujourd’hui parce que, dans l’espagnol parlé de Tucson, il y a l’expression « tan estupido como un Pápago. » (aussi stupide qu’un Papago !). Enfin, pour mettre fin à cette dérision, les Papagos ont repris leur ancien nom, Tohono O’odham qui veut dire « peuple du désert », et ensuite les Pimas sont devenus les Tohono Akimel ou le « peuple du fleuve » parce qu’ils habitent dans la vallées du fleuve Gila.


Ndlr – il existe aussi, dans cette même région de Tucson, un autre groupe, les Yaqui (lien )

à suivre ...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Contact

Maël Strom
président du CUUF
contact

Recherche

logo

Conseil
des unitariens
et universalistes
français

présentation

Le CUUF est une instance de coordination nationale
qui représente la France auprès de l'International Council of Unitarians and Universalists (ICUU).
Ce site renvoie principalement aux informations publiées sur les sites de ses membres,
jouant en quelque sorte le rôle de revue de presse.
Il encourage aussi la formation d'un réseau de correspondants et de groupes locaux